Birmingham

N’ayant toujours pas de domicile fixe à Bristol avant le 30 octobre, je décide me barrer voir du pays durant quelques jours.

Tu ne le sais peut-être pas encore mais dans ces cas-là, Megabus est ton ami. Oui un peu comme Google mais il transporte ton corps en même temps que ton esprit, et pour pas cher !

Vendredi je prends le car pour Birmingham. Première sensation forte de la journée : il y a le wifi dans le car. Je répète : IL Y A LE WIFI DANS LE CAR ! Loin de moi l’idée de faire des comparaisons mais rappelons tout de même qu’en France, dans le train, on a déjà du mal à avoir des prises électriques. Bref.

Au bout de 2h de trajet nous arrivons sur le périph de Birmingham qui est, comme tout périph qui se respecte, blindé de voitures. D’un coup pouf pouf tamponnage de caisses et de car, pouf pouf je vais avoir le front bleu demain.

On poireaute 45 bonnes minutes sans que le chauffeur ou la police ou les ambulanciers daignent nous informer, puis ça repart. En entrant dans le centre-ville, je vois une barrière de sécurité s’approcher dangereusement  de la fenêtre. Bim ! On se la mange violemment. L’ensemble des passagers hésite entre rires et pleurs (surtout ceux qui vont jusqu’à Manchester qui ont encore 2h30 de route devant eux), j’apprends à cette occasion que « caméra caché » se dit « kidding camera », je trouve ça mignon et je finis par arriver à bon port avec 2h30 de retard.

Je dévore un burger après avoir posé mes affaires à l’auberge et je rentre piteusement me coucher dans mon dortoir de 24 (mais c’est séparé en 6 petits box de 4 lits avec une porte de saloon à l’entrée, ça cache la multitude).

Samedi je passe environ 10h à marcher dans la ville. Mon pied gauche ne s’en remettra jamais.

J’ai commencé par la New Library qui m’a ravi pour la semaine. Ils l’ont ouverte y’a deux mois et c’est un bâtiment absolument magnifique, d’extérieur comme d’intérieur, dans lequel j’aurais pu passer ma journée.

P1220808

IMG_20131026_120540 IMG_20131026_114704

IMG_20131026_115028

Un terrasse, un rooftop avec un jardin et une vue panoramique sur toute la ville, de l’or, de la brillance, de la couleur, des espaces démentiels pour travailler ou boire un café, une rotonde de livres anciens, un petit amphithéâtre pour les enfants, je ne connais pas la surface du truc, mais c’est assez dingue.

P1220815

De toute façon, globalement, ils ont un peu la folie des grandeurs ici. Le centre-ville est parsemé de centres commerciaux immenses (j’ai réussi à me perdre dans l’un d’eux, je me suis pas sentie fine) et d’enseignes qui sont les mêmes partout.

Les immeubles anciens sont pas fous à voir, mais on sent une vraie volonté de remodeler la ville avec des gestes architecturaux audacieux (comme la nouvelle librairie donc) et c’est tout à fait agréable de se balader le long des canaux.

P1220849

P1220841 IMG_20131026_160145

Après être entrée, je ne sais toujours pas comment, dans la salle du plus vieux cinéma d’Angleterre, The Electric Cinema, et en être ressortie parce qu’en fait les canap étaient tous loués, je tente un petit intermède culturel à l’Ikon Gallery avec l’expo d’un artiste brummie (oui les habitants de Birmingham s’appellent des Brummies, tout cute !), Hurvin Anderson.

J’ai bien aimé. Voilà mon analyse artistique s’arrêtera là, parce que bon la peinture, je sais jamais trop quoi en dire…

P1220858

En regardant le site de l’office de tourisme (je suis bien contente d’avoir acheté un smartphone juste avant de partir!), je m’aperçois qu’il y a des spectacles de rues pour fêter les illuminations de Noël (un 26 octobre !?) à l’autre bout de la ville. Là où j’étais l’heure d’avant en gros.
Je me motive, mon pied gauche moins, mais heureusement un pied ça parle pas et me retrouve au beau milieu d’une foule qui suit une fanfare.
Je suis Panurge et assiste à un spectacle de danse dans un hangar. C’était pas dingue. Voilà mon analyse artistique s’arrêtera là, parce que bon la danse contemporaine, je sais jamais trop quoi en dire…

C’est pas tout ça mais il fait nuit, il fait faim, et je suis pas dans un quartier méga convivial. Bon en fait, je pense que j’ai jamais trouvé le quartier convivial, ça donne vraiment un côté un peu Frankestein et glauque ce mélange de vieux immeubles, de centres commerciaux dantesques et de buildings récents.

Je finis par m’arrêter chez Burger King car je considère que ça peut compter comme expérience culinaire locale, sociologique et intellectuelle. Au moins maintenant je comprends pourquoi il y a un ramdam permanent sur Twitter autour de l’arrivée de la chaine en France (ou pas).

Ereintée par cette journée, j’échoue lamentablement dans le canap de la salle télé de l’auberge pour regarder X Factor UK (faites pas les malins, je vous vois devant Danse avec les stars). C’est également un acte culturel, il faut s’intéresser à l’actualité du pays, si tant est que cela doive passer par du divertissement télévisuel. (#TeamLukeFriend)

[BONUS TRACKS] De jeunes brummies.

P1220824b

P1220830b

Advertisements

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s