More bass please [Soundcheck #4]

A peine rentrée de Manchester, j’emménage dans mon nouveau chez-moi aka je peux enfin sortir mes affaires de mon sac à dos et c’est un bonheur sans nom, puis je file au Lousiana pour un concert.

J’avoue que je suis un peu molasse à 19h30 quand j’enfile mes pompes pour y aller, mais j’ai une chambre, mon PC remarche, j’ai hâte de découvrir cette salle à la prog alléchante (et à 10 minutes à pied de chez moi) et les concerts c’est quand même trop cool en général.

Tuons le suspense d’entrée, je pense que je vais passer BEAUCOUP de temps at The Louisiana. Une petite salle à l’étage d’un pub sympa, genre en tassant tu dois pouvoir faire entrer 150 personnes max, permettant ainsi une proximité non feinte avec les artistes.

the-louisiana-tickets

Etant l’une des premières à passer le contrôle des billets, je me trouve devant la scène. Et quand je dis devant, c’est qu’en tendant le bras je pouvais toucher le bout du nez du chanteur des Goan Dogs (bon pas vraiment en fait parce que la scène est tout de même surélevée de 50 cm, qu’il est grand et que j’ai pas de gogo gadget aux bras, mais tu vois l’idée).

Toujours dans une idée de simplification du style, on va dire que Goan Dogs c’est une espèce de folk à la Edward Sharpe (y’a des guitares acoustiques, des maracas, des harmonies vocales et une trompette, en gros). C’est tout à fait convenable et en plus je comprends leurs blagues (je pense que ça va devenir un de mes nouveaux critères d’appréciation d’un set).

IMG_20131030_205819

Au Louisiana il n’y a pas de backstage, donc quand t’es au premier rang, potentiellement tu te retrouves à filer un coup de main lors duchangement de plateau et à donner ton avis pendant le linecheck. L’interactivité est totale.

Dive In enchaine et pour le coup, étant donné que le chanteur aime se pencher en avant, je suis tentée de lui faire un bisou esquimau.
C’est de l’électro pop dirons-nous, style bien pratique pour définir tous les groupes dotés d’une guitare, d’une batterie, d’un clavier et d’un pad. Oui et d’un bassiste aussi, mais bon, on sait bien ce qu’on pense des bassistes.

Ça m’a évoqué des groupes des 90’s style Savage Garden (sur un morceau), et n’y voyez aucune malice parce que j’ai vraiment passé un très bon moment et depuis j’écoute leur seul morceau disponible sur les internet en boucle. (Et puis franchement, que celui qui n’a jamais versé une larme sur Truly, Madly, Deeply, me jette la première pierre)

Les headliners de Coasts arrivent pour installer leur matos et je rigole intérieurement parce qu’ils ont vraiment des têtes et des styles d’anglais, dans le plus pur cliché du genre.
Musicalement c’est dans la lignée de Two Door Cinema Club. Le guitariste est brillant, le son de la guitare est merveilleux et j’ai passé le concert les yeux rivés dessus. Je pense qu’ils peuvent très aisément se passer du clavier et de la basse (cf paragraphe précédent). Et changer de chanteur aussi, c’est pas qu’il soit vraiment mauvais mais son attitude m’a semblée un peu pénible.

Bref le batteur et le guitariste devrait monter un duo.

Le bassiste.

Conclusion j’ai passé une très bonne soirée, et quand je pense que je vais voir M O N E Y là-bas dans deux jours, j’en chiale d’avance.

(Et j’en ai profité pour piquer des affiches afin de commencer dès à présent la déco de ma chambre)

Advertisements

2 thoughts on “More bass please [Soundcheck #4]

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s