La traversée

C’est bien joli de fuir son pays natal et de faire la maligne à l’étranger mais quand arrive le moment de Noël, tout d’un coup on se dit qu’on serait quand même drôlement bien au coin du feu chez Papa et Maman à regarder le sapin et les guirlandes lumineuses.

Oui. Sauf que, jusqu’à preuve du contraire, les compagnies aériennes et ferroviaires ne sont pas là pour faire dans le social, le regroupement familial et les bons sentiments. Plutôt du biz.
Et là tu le vois ton petit retour dans le cocon qui te coûte soit un demi smic, soit l’intégralité de la thune que tu aurais pu recevoir en cadeau le 25 décembre (les gens qui reçoivent leurs cadeaux le 24 décembre sont à plaindre) (privés d’enfance les pauvres…) (comment tu peux expliquer que les paquets sont au pied du sapin le 24 au soir alors que le Père Noël passe dans la cheminée dans la nuit du 24 au 25 ? COMMENT !?).

J’ai donc dû me résoudre à envisager le ferry, malgré ma crainte du mal de mer. Peut-être infondée, certes, mais comment savoir ? Et la perspective de passer 10h, de nuit, à vomir mes tripes sur le pont ne me tentait guère.

Mais je suis bigoudène avant d’être émétophobe et j’ai donc fini par valider mon panier sur le site de la Britanny Ferries (qui, elle, n’augmente pas trop ses tarifs en période de fêtes, merci bien en passant).

La veille du départ, je suis tout de même passée à la pharmacie acheter des cachetons censés prévenir le mal de mer, on n’est jamais trop prudent.

IMG_20131215_200022

Et le jour J, dans le car qui m’emmenait de Bristol à Plymouth, j’ai soudain pensé à un potentiel autre inconvénient du mode de transport choisi : un bateau ça peut couler.
(Ouais, de temps en temps, j’ai deux neurones qui se connectent provoquant des fulgurances assez hallucinantes).

Vous me direz, un avion ça peut s’écraser. C’est pas faux. Mais putain c’est quand même plus rapide et moins pénible…

Le bateau, le temps que ça prenne l’eau, que ça coule, que tu tombes dans la Manche, que t’ai froid, que tu mates Leo/Jack s’enfoncer dans les profondeurs, que tu t’engourdisses, que tu luttes bêtement pour survivre, t’as le temps de morfler…

IMG_20131216_203951

Au final ça c’est bien passé, le ferry c’est génial, t’as des salles de ciné, le wifi, des babyfoot, des banquettes pour dormir, j’ai pas été malade, on n’a pas tanqué d’iceberg (entre Plymouth et St Malo ça aurait vraiment pas été de bol) (mais bon, vu qu’y’a plus de saisons, et puis la dérive des glaciers toussa toussa) et nous avons accosté à l’heure prévue.

IMG_20131218_004331

J’en profite pour dresser une petite liste non exhaustive des choses qui me manquent ici là-bas, sans que je m’en sois forcément rendue compte d’ailleurs :

–          Payer un café moins de 2€
–          Lire Télérama (chacun ses vices)
–          Conduire
–          Avoir tous mes CDs avec moi
–          Ecouter mes CDs en conduisant (Odezenne ou The Black Keys à fond dans la bagnole, tu peux pas test)
–          Le français (c’est agréable de pouvoir comprendre et exprimer toute une palette de nuances)
–          Les commerces ouverts après 17h (tout d’un coup, les journées paraissent plus longues)

Sans compter les crêpes, le feu de cheminée, les copains, la famille (si,si), etc. C’est l’évidence même.

Advertisements

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s