I can feel you [Soundcheck #12]

Dimanche, après ma virée balnéaire, j’ai sauté d’un bus à l’autre pour arriver à temps à l’O2 Academy. Maxïmo Park headlinait (oui je prends cette désagréable habitude de conjuguer des verbes et mots anglais à la française, rassurez-vous, je m’auto-jette des pierres dès que ça me prends) et Teleman supportait.

Ils jouent, je trouve ça très agréable, vraiment, des jolis morceaux pop, efficaces, bien foutus. Le chanteur tient la scène, les chansons partent dans plusieurs directions, bref un chouette groupe. Nous y reviendrons.

C’est au tour de Maxïmo Park. Force sera de constater que si je connais bien leur nom, je suis absolument ignorante de leur musique et de leurs têtes. Du coup je suis un peu surprise quand je vois débarquer  Paul Smith (dont je ne sais pas encore le nom) (mais qui explique peut-être sa tenue) tout de chapeau et de costume trois pièces vêtu. Et de lunettes de soleil aussi, mais ça je suppose (à juste titre) que c’est du à l’opération des yeux qu’il a subi la semaine dernière, le forçant à reporter le concert. BREF.

IMG_20140316_215438

Ça ne colle pas trop trop aux quelques titres que j’ai écouté sur le web, c’est très pop rock fourre-tout, un peu calibré pour jouer dans les stades et les chansons se ressemblent beaucoup entre elles. C’est pas mauvais, non, mais c’est pas très original. Et je passe sur la gestuelle du dit Paul Smith qui est tout à fait irritante (le déhanché et les mouvements pseudo sensuels c’est cool, mais point trop n’en faut).

Par contre j’aimerais bien rencontrer la personne qui les a convaincus de choisir le visuel de leur dernier album (qui sert également de fond de scène). Parce que vu la laideur du truc, ça doit être quelqu’un de TRES TRES doué (ou doté d’une arme).

Et pour en revenir à Teleman, je me suis rendue compte en consultant ma liste (raaaaaaaaaaaaah) de concerts, que je les avais déjà vu il y a deux mois en première partie de Connan Mockasin. RIP ma mémoire.

Lundi c’était la St Patrick, un jour à se concentrer sur la bière plus que sur la musique, mais mardi j’étais de retour à l’O2 Academy (parfois j’ai l’impression d’avoir plusieurs maisons, dont certaines avec beaucoup beaucoup de colocs dedans) pour FRANZ FERDINAND !!

Et, une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule (je ne sais pas qui a inventé ce dicton mais en l’écrivant je me rends compte de son absurdité totale), la première partie était assurée par Eagulls !

Ces 5 mecs de Leeds représentent complètement ce que j’attends d’un groupe de rock anglais : ils sont pas là pour faire jolis ni être aimable, ça tape fort sur la batterie, ça gratte sec sur les guitares et la basse, ça n’a que faire d’épargner sa voix.
C’est un peu crade, très inspiré par des groupes 80’s, ça joue pied au plancher et le chanteur, George Mitchell, a le physique, le style et l’attitude.

Le son était, à mon sens, un peu moyen et quand je pense que j’aurais dû les voir au Louisiana le mois dernier, je ne peux qu’imaginer le bonheur total que ça a dû être là-bas.

La foule se resserre, la chaleur s’intensifie et Franz Ferdinand fait son entrée. Ça fait plaisir.
Ils ne semblent pas avoir pris une ride (sans doute que si l’on s’approche un peu, il y en a une ou deux), Nick McCarthy a les cheveux un peu plus longs (et ça lui va mieux), Alex Kapranos a toujours un sourire aussi doux et les deux autres et ben… Qui connait les deux autres franchement !?

Le concert dure 1h40, c’est très chouette mais je dois dire que ça me rends un poil nostalgique.
Ça me rappelle que je n’ai plus 20 ans. Je me souviens de regarder le clip de Take me out chez mes parents sur M6. Je me revois dansant sur Michael dans mon premier studio d’étudiante. Je repense à un concert de fou aux Vieilles Charrues il y a 9 ans.

Quel beau moment en tout cas, ils ont l’air d’apprécier autant que nous et vraiment Alex, qu’est-ce qu’il semble gentil et choupi… Des remerciements chaleureux et une petite dédicace sincère à Big Jeff, la classe !

Ah oui, tout de même trois mots sur Big Jeff. C’est un mec, cinquantenaire, environ 2m de haut et des cheveux bouclés qui ne vivent que pour headbanger. Ce mec assiste à TOUS les concerts de Bristol. Je pense qu’il a le pouvoir de se dédoubler. Ou qu’il a des clones. Quoiqu’il en soit c’est une figure mythique bristolienne et tous les musiciens qui ont déjà joués ici le connaissent. D’où, également, le salut d’Eagulls en le voyant dans la foule.

Enfin voilà, c’était bien quoi 🙂

Advertisements

One thought on “I can feel you [Soundcheck #12]

  1. Pingback: The bottle [Soundcheck #43] | On n'est pas venu là pour beurrer des sandwichs

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s