That’s NME Tour. [Soundcheck #14]

C’est auréolée d’une nouvelle à célébrer que j’ai franchi les portes de l’Academy mercredi soir pour le NME Tour. Avec le fait de voir, ENFIN, Interpol, ça en faisait deux.

J’ai donc instauré le « un groupe = une pinte », concept qui a l’avantage de te maintenir hydratée et de t’aider à te débarrasser de toute ta petite monnaie (les pièces anglaises sont fabriquées à base de plomb je pense).

Circa Waves étrenne la scène qui est encombrée au maximum avec le matos des quatre groupes programmés. Ils sont jeunes, sympathiques, efficaces, c’est parfait pour commencer la soirée (ouais ok, je serais probablement en peine de me rappeler d’un seul de leurs morceaux) (mais à leur décharge, c’est pas facile de se démarquer du lot, dans la pléthore de groupe anglais qui font du rock).

Royal Blood ensuite. Je connais pas et c’est d’ailleurs le nom dont je ne parvenais jamais à me souvenir quand je parlais du line up les semaines précédentes. Ah ben putain ! Je peux vous dire que maintenant je ne suis pas prête de l’oublier ! La claque les amis, LA CLAQUE !
Je n’en ai jamais douté, la simplicité c’est la clef. Une basse et une batterie, ça suffit. Back to basics ! Ils ne sont que deux et règnent magnifiquement sur scène. Entre stoner et rock garage, ça va droit au but et putain que c’est bon !

Ils sont encore tout neuf (groupe formé en 2013), mais ils font déjà la première partie d’Arctic Monkeys et je pense que d’ici quelques mois, ce sera des STARS !

Là on se dit qu’il va falloir que Temples mette les bouchées quadruple pour assurer derrière, tout en maudissant l’ordre de passage, qui, compte tenu des susceptibilités têtedaffichesque est complètement incohérent.

Je dois dire que j’ai bien dû attendre 1/2h avant de réussir à me mettre dedans… Je suis donc malheureusement incapable d’écrire sur ce set, à part sur les coiffures des membres du groupes, tout un poème. C’était bien, j’ai fini par me laisser porter par la vague psyché, mais il va falloir que je les revoie pour en profiter pleinement.

L’excitation est à son comble, l’heure est arrivée, dans 5, 4 ,3, 2, 1 INTERPOL EST A DEUX METRES DE MOI !! Tirés à 4 épingles, classy de chez classy, je suis comme une dingue ! Même si je sais que les puristes et les haters vont me dire « Ouais… Franchement Interpol moi je les ai vu il y a 7 ans quand c’était encore bien, mais maintenant…. » GFY !

Les yeux écarquillés et le sourire béat, quand je ne me mords pas les lèvres pour réaliser, je kiffe juste. Et mon moi d’il y a quelques années, qui écoutait Rosemary dans son studio chambérien, est ravie.

IMG_20140327_000450

S’en suivra une discussion animée sur le fait que les rappels c’est devenus inévitable et calculé, donc chiant. Forcément, quand les techs débarquent sur scène pour réaccorder les guitares, tu te doutes bien que les mecs vont revenir, que tu applaudisses ou non.

L’habitude a tué la spontanéité, et c’est dommage.

J’abandonne le jeu des pintes pour l’after party au Start the bus, je sens qu’il ne va pas être totalement compatible avec le fait de prendre le car pour Swansea le lendemain à 8h.

Mais, PUTAIN. J’AI VU. INTERPOL !!

Advertisements

One thought on “That’s NME Tour. [Soundcheck #14]

  1. Pingback: Encore ? Oui ! [Soundcheck #58] | On n'est pas venu là pour beurrer des sandwichs

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s