See you, love.

Je m’en vais bien avant de te découvrir, Bristol, mais ces quelques mois auront suffi à me conquérir… Je m’en vais car le devoir m’appelle.
Les amis, le soleil et la mer aussi.

Je repars le nez empli d’odeur de friture, de fish&chips, de pies, de carrot cake, des bagels cannelle-raisins secs, de flapjack, des rainbow cookies et le palais familier de la Newcastle Brown Ale, de la Bristol beer factory, de la Tyskie.

Je n’ai pas perdu l’habitude de regarder à droite quand je traverse mais j’ai gagné celle de regarder à gauche (instinct de survie). Je n’ai presque plus peur de l’accident quand je monte dans un bus à étage. Je suis désormais capable de manger n’importe quoi à n’importe quelle heure (je n’ai pas eu besoin de trop me forcer je dois dire…). Je me bouche toujours les oreilles quand les pompiers ou la police passent, sirènes hurlantes comme dans les films. Je n’ai pas fini de pester contre le café qui est plus cher que la bière (très sympa à l’apéro, mais pénible le reste du temps). J’ai, sans nul doute, gagné en tolérance capillaire et vestimentaire. J’ai nagé plusieurs mois dans la piscine qui a servi de décor au S01E03 de Sherlock, je ne m’en suis probablement toujours pas remise. Je suis devenue une inconditionnelle de Poundland et je ne me perds plus dans l’immensité d’Asda.

Je pars avec au cœur de l’oreille, des merveilles. Musicales évidemment, les cris des mouettes squattant ma terrasse et ce délicieux accent british qui m’enchante.

J’emporte au creux de ma nouvelle ville, des bribes de Jess, la maître nageuse aux cheveux rouges, du vendeur de fruits et légumes qui chante ses prix, de Big Jeff, de Nathan et de ses guestlist, de Rosie, Chris, The Goodies et des Slapstick, de Charlie, Ian, Helen, Richard, AJ, Nick et Joe, mes profs d’anglais, de lovely Madeleine, du Nounours du Jobcentre, de Maria, Juan et Michele.

Je m’en vais les yeux emplis d’images de maisons colorées, de bow windows, de couchers de soleils épatants, de cranes immenses et de centaines de graffitis.

Forcément, je pars avec un petit pincement, mais quand tu commences à envisager d’acheter quelque chose dans la boutique Cath Kidston, c’est qu’il est grand temps de partir.

IMG_20140331_173457

Advertisements

2 thoughts on “See you, love.

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s