Vous êtes neuf cent nonante neuf [Soundcheck #19]

Maintenant que j’ai découvert Le Poste à Galène, je suis à deux doigts d’y aller, peu importe la programmation, en toute confiance. C’est un peu exagéré après un seul concert, mais on est à Marseille, alors ça reste cohérent.

Je m’y suis rendue pour la date de Talisco, sans le connaître vraiment, tranquillisée toutefois par les échos positifs d’une personne de goût.

Avec le peu que j’en avais écouté sur Spotify, je m’attendais à un brun ténébreux, voire austère, visage émacié et âme torturée, chantant d’une voix grave, de longues et mélancoliques complaintes folk. J’ai été bien surprise de découvrir, certes un brun ténébreux, mais pas le dernier pour faire des blagues et des morceaux rock.

Il est accompagné d’un batteur et d’un mec qui joue d’à peu près 10 instruments et qui, même si je n’avais pas mes lunettes, avait l’air d’être joli garçon. Une personne agaçante somme toute.

Ils envoient un son assez dingue à eux trois et ils ont complètement retourné le public (notamment un mec qui a sauté, seul, pendant tout le set, provoquant notre sincère admiration). La version live de Your wish, la chanson qui passe en radio, est vraiment cool et globalement, j’ai été beaucoup plus séduite par les arrangements du concert que par l’album.

Le plan de feu collait bien au set, mis à part ces putains de projecteurs LED. Je sais bien que c’est économique/écologique mais c’est moche bordel. Eclairez-nous les scènes à l’halogène, les ours polaires vivrons peut-être moins longtemps mais au moins on aura vu de jolies choses…

Quelques dizaines de jours plus tard, beaucoup plus à l’ouest, je me rends dans un endroit bien connu pour appréhender un homme casqué et des filles aux colliers de fleurs.
Malgré un titre tubesque et apprécié (Walker en l’occurrence), mon premier concert de Cascadeur il y a quelques années m’avait figé dans un ennui quasi abyssal. La Cartonnerie de la Friche n’était guère adaptée et puis, il faut dire ce qu’il est, il ne se passait pas grand-chose d’excitant sur scène.

C’est donc avec scepticisme que j’attendais ce nouveau set, bien que son nouvel album, Ghost surfer, me plaise plutôt.

Force est de constater que l’artiste a gagné en ampleur et l’homme en confiance. Très belle mise en scène, des lumières à tomber, aidées par l’écrin magnifique du Théâtre de Lorient, des musiciens aux figures de lucha libre et des lampes torches mouvantes.

Musicalement c’était également réussi, toujours un peu planant, des slows de dépressif comme il le dit lui-même, mais aussi des morceaux plus pop sur lesquels Cascadeur encourage le public à chanter et danser (avec relativement peu de succès, il faut bien dire, mais cela nous vaudra de savoureuses réparties dans nos gueules).

Bref, pouce en l’air, et d’après les salves d’applaudissements, je ne pense pas être la seule à avoir été conquise.

IMG_20141110_215316

Un changement de plateau, et environ 18 000 nouveaux instruments sur scène, plus tard, Girls in Hawaii se pointe, pour la première date de leur tournée faussement unplugged. Ils sont en costard, ils sont souriants, ils sont beaux, comme d’habitude.

Mon cœur bat toujours un peu plus fort quand je les vois, et même si c’est la 3ème fois en 6 mois, la lassitude est encore loin.

Ils ont réarrangés leurs morceaux, Antoine et Lio jouent assis, chacun valse entre les différents instruments et 1h30 plus tard je suis heureuse. Bees & butterflies, The Fog n’ont pas pris une ride, les plus récents non plus.

Même si, oui il y a un si, je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus acoustique et une meilleure mise en valeur des harmonies vocales. Organeum en rappel, quasi jouée a capella par cinq d’entre eux groupés au centre de la scène à quelques dizaines de centimètre d’un micro d’ambiance, s’approchait de ce à quoi je rêvais. Je leur laisse le bénéfice du doute (avec plaisir) sur le son de certains morceaux car, première date oblige, il reste quelques calages à opérer.

Cela ne m’a évidemment pas empêché d’acheter le nouvel album live, Hello Strange, à la fin, parce que je sais, qu’au creux de mes écouteurs, quand parfois j’aurais un coup de mou, y repenser impulsera un nouveau rythme dans mes veines.

IMG_20141111_020528

(C’est en les voyant en grand sur un écran de PC qu’on se rend compte à quel point nos photos Instagram sont pourries en fait…)

Advertisements

2 thoughts on “Vous êtes neuf cent nonante neuf [Soundcheck #19]

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s