Dank u [Soundcheck #21]

BRUXELLES [PART III]

C’est donc malgré tout repue que j’ai pu aller déposer mon sac à dos au SleepWell avant de tracer au Botanique pour la deuxième soirée d’Abbota. Le soleil couchant rougeoyait quand je suis arrivée sur les lieux et que je suis tombée en amour avec l’endroit.

IMG_20150307_184243

IMG_20150307_185449

Ne vous étonnez pas si dans peu de temps vous n’avez plus de nouvelles de moi, c’est que j’aurais été acheter une tente pour m’installer à demeure là-bas.

Le Botanique est donc un parc, comme son nom l’indique, qui dispose d’un grand bâtiment très beau, avec une verrière très belle et deux salles de concerts parfaites.

IMG_20150307_185824

Quand je suis entrée dans la Rotonde pour écouter Kris Dane, j’ai littéralement fondu. Parce que c’est beau donc (je vous ai dit que c’était beau ?) et aussi parce que le fait que ce soit un mini amphi boisé a lancé un message de love très clair à mes jambes.

Kris Dane donc. Une chanson et pouf, je repensais au concert de Damien Rice il y a… Non tiens on va pas penser à combien de temps ça fait, juste dire que c’était au Transbo et que ce fût une soirée magique. Que ce souvenir me vienne soudainement à l’esprit est un grand compliment.
Il n’a pas la même voix, plutôt un grain rugueux travaillé au régime whisky, coffee & cigarettes, qui donne à cette folk accompagnée de cordes une puissance émouvante. Bon en plus il est mignon comme un cœur, ça ne gâche rien.

 

Comme la veille, il y a deux salles, ce qui permet d’enchainer les concerts sans changements de plateaux. Ça m’arrange bien car, comme chaque habitué aux concerts en solitaire le sait, la plaie c’est l’attente (surtout quand tu es à l’étranger sans réseau 3G pour te sauver la mise).

Je prends cinq minutes pour commander une pinte de Maes (un test de bière par jour, tel est mon devoir) et je cours vers Wallace Vanborn.

Ça sent la poussière, le désert, le punk rock, le stoner, en quatre mots comme en 100, ça sent bon !
Le chanteur guitariste a un air de diablotin mutin à bouclette et il bouge comme s’il avait une jambe de bois. C’est surprenant.
Je headbangue à qui mieux mieux en pensant que c’est quand même balot que je ne puisse pas aller voir Triggerfinger dans trois semaines (tu ne connais pas ? T’es fatigant(e)… Arrange-toi avec Mr Paul sur ce coup-là…).

J’ai lu depuis qu’ils avaient enregistré avec un mec qui bosse habituellement pour QOTSA, étonnant dites donc ! (Interview dans laquelle ils taclaient d’ailleurs très gratuitement Royal Blood, et ça c’est moche)

Je continue aussi ma réflexion sur les différences de comportement du public selon les pays. J’avais déjà remarqué en Angleterre qu’ils étaient beaucoup plus prompts à brailler au lieu d’applaudir, alors qu’en France c’est plutôt l’inverse. Voilà. C’était vraiment très intéressant.

IMG_20150307_195824

Kaat Arnaert a fait le comble dans la Rotonde durant les dix premières minutes de son set, et puis, petit à petit, les gens ont vaqués à d’autres occupations. Personnellement j’ai été fumer une clope. C’est pas que c’était mauvais, mais ce genre de trip hop un peu mou ne me séduit pas.

 

J’étais sur le pied de guerre pour Kenji Minogue et ce fût… Fascinant.
Trois musiciens dont un avec une tête d’éléphant ont précédés deux furies sur scène, que je qualifierais de mi-catcheuse, mi-Véronique & Davina.

Je sais pas si ça peut vous donner une idée, honnêtement je suis absolument incapable de décrire ce qu’il s’est passé pendant une heure. Ni de quel style musical ils jouent (Wikipedia parle d’electrotrash). C’était hors du commun.
A un moment, un mec à poil a surgit sur scène pour se frotter contre une des chanteuses, et puis un autre. J’ai cru que c’était mis en scène, mais ils ont passé la demi-heure restante à côté de moi dans le public entre potes, et toujours à poils, donc je suppose que c’était une impulsion impromptue !

Du coup je me suis demandé si ça passerait en France, ou s’ils se feraient virer illico presto par le service de sécurité. Je n’aurais pas les balls (obviously) d’essayer mais si l’un d’entre vous teste, je veux bien connaitre l’issue.
En tout cas j’ai trouvé cette liberté d’action très rafraichissante !

Et force est de constater que, si j’ai parfois du mal à saisir les blagues des musiciens anglophones, je ne comprends pas un traitre mot des interludes en flamand.

Le concert se termine sur la projection d’une immense photo de cheval et je ne peux m’empêcher de me demander s’il faut y voir une référence au Chevalin de Jacky au Royaume des filles de Riad Sattouf. Ce serait drôle.

 

Black Flower, le dernier groupe du festival, s’est fait attendre. Tout ça pour nous jouer du jazz… Je suis restée écouter deux morceaux, par acquis de conscience, mais « mon » lit me réclamait trop fort pour que je persiste.

 

Bilan de ces deux soirs consacrés à la scène belge : ils sont forts, très forts.
Non pas que j’avais un doute sur la question (Kikoo Ghinzu, Girls in Hawaii, Puggy, Saule, Arno, BRNS, Triggerfinger etc.), mais c’est agréable à constater sur pièce !

Je suis rentrée, cette fois-ci en ne testant pas de nouveau trajet, et en me bénissant d’avoir choisi sans le savoir une auberge située à équidistance de l’Ancienne Belgique et du Bota (oui maintenant je dis le Bota, vu que ça va bientôt être ma nouvelle maison).

Advertisements

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s