I love Marcel! [Soundcheck #24]

Quelle ne fut pas ma joie quand j’ai découvert que la Nuit Zébrée de Nova passait par Marseille avec Superpoze !

Le jour dit, je faisais moins maligne, m’étant réveillée à 3h30 du matin avec une migraine intense, probablement due aux deux bières que j’avais osé boire la veille.

DEUX BIERES.

La vieillesse est un naufrage, c’est depuis longtemps une certitude mais putain, c’est chaque jour plus moche à constater…

Le côté positif de ne pas avoir réussi à me rendormir ensuite, c’est que j’ai pu finir la saison 1 de The Wrong Mans (qui est une chouette série britannique).

Ouais bon, je ne vous cache pas que la journée a été longue…

Du coup je demande les horaires sur Twitter à la Nuit Zébrée, histoire de ne pas me pointer à 19h30 pour ensuite poireauter 1h que ça commence et risquer de m’endormir dans un coin.
Réponse : « On ne les donne jamais, tous les artistes méritent d’être vus, entendus, et danser ! ».
On est bien d’accord. La playlist de prologue, moins.

Je me résous à appeler directement la salle pour avoir cette info secrète. On m’indique approximativement 20h30.

Je viens à 20h40, ayant déjà expérimentée le quart d’heure marseillais (quart d’heure que l’on retrouve aussi bien en Savoie qu’à Lorient, certaines traditions ont tendance à être assez universelles), ça commençait à 20h20………………………

C’est excessivement énervant. (Je suis d‘ailleurs ravie de ne pas être la seule à en faire le constat)

J’ai donc loupé la moitié du set de Charles X, ce qui est très dommage car c’était bien. Du coup j’ai été dans l’obligation d’acheter le CD (too bad).

IMG_20150424_224039

Un jeune mec tout droit venu de Los Angeles, qui sert un hiphop, r’n’b évoquant un peu Franck Ocean (pas vraiment vraiment mais mes références sont très limitées dans ce style) avec des influences plus marquées jazz et un flow clairement rap. Il a une énergie, une générosité et un sourire contagieux !

Chose assez rare pour être notée, il est accompagné par un contrebassiste et une batterie, ce qui apporte un petit plus pas commun aux instrus et souligne bien sa voix qui de temps en temps s’éraille.

Je profite du changement de plateau pour me soucier des transports en communs qui me permettront de rentrer chez moi à l’issue du concert. C’est pratique, le dernier métro part à 00h30 et Superpoze fini à 1h. lol.*

Pour ne pas y penser je décide de tenter le diable et de commander une pinte (ksss ksss DEUX BIERES).

C’est le tour de Dafuniks, un groupe danois de hip hop/soul. C’est pas mal mais moins ma came, et je pense que la pinte n’aide finalement pas à me donner des forces.
Heureusement, Le Moulin est vraiment une salle bien foutue, qui dispose d’un balcon où l’on peut regarder les concerts assis !

Les gens sont à fond, le public est vraiment divers, tant en terme d’âges que de styles, et l’ambiance est super cool. Je sais pas trop comment expliquer mais j’avais pas l’impression d’être à Marseille. Ok, je me rends bien compte que l’enchainement de ces deux phrases peut porter à confusion, genre « c’était super cool, on n’avait pas l’impression d’être à Marseille », j’en suis navrée.

Mais force est de constater que j’ai inconsciemment pensé à la Bretagne et à des festivals comme le Rock’n’solex toute la soirée…

Biga Ranx va entrer sur scène dans 10 minutes, le trafic de feuilles longues commence !

J’avais un bon souvenir de son concert à Lorient il y a environ 3 ans, qui a été complètement surpassé par ce nouveau set ! Je peux vous dire que pourtant, il en fallait pour réussir à me faire bouncer pendant 1h20…

Petit polo rouge, coiffure d’enfant sage, débarrassé de ces atours ragga un peu clichés, le flow (encore) plus maitrisé, Biga Ranx a travaillé son déhanché. J’aime bien ce mec, vraiment, la musique et l’attitude. Il a une banane jusqu’aux oreilles tout du long, évidemment la plupart des artistes sont globalement souriants, mais il y en a chez qui la douceur et le plaisir transparait plus que chez d’autres, et c’est très agréable.

Je ne m’étendrai pas sur une analyse artistique, c’est le seul mec qui fasse du rub a dub que je connais, mais apparemment c’est le meilleur en France, donc je suis bien tombée.

Et comme quoi, tous les styles sont écoutables quand c’est fait correctement (à l’exception du reggae, bien entendu, soyons sérieux)

Après ça j’étais remontée comme un coucou (et repartie dans les années 70 faire mon stock d’expressions désuètes) pour Superpoze.

Oh Gabriel… J’ai dégusté ton premier album, Opening, une semaine plus tôt en roulant dans les plaines de la Crau, il a eu un effet apaisant immédiat. Plus sombre, plus mélancolique, plus posé que tes EP, une réussite de plus en somme.

En te regardant, je pense forcément à ce set des Trans il y a 3 ans, qui m’avait retourné le cerveau, et celui des Vieilles Charrues il y a 2 ans, qui avait fait de même.
C’est beau, le talent.

IMG_20150425_012013
Et merci Nova, pour cette programmation impeccable. Revenez plus souvent !
*Heureusement, j’ai rapidement trouvé des gens en voiture qui allaient dans mon quartier.

Advertisements

6 thoughts on “I love Marcel! [Soundcheck #24]

  1. “à l’exception du reggae, bien entendu, soyons sérieux” hahaha

    C’pas mal, Charles X ! Toujours pas vu Superpoze en live, il n’arrête pas de me filer entre les doigts :-/

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s