Hangin’ around.

[VLAAMS GEWEST PART II]

Dimanche, de bon matin je chausse mes baskets, ravalant la déception de ne pas avoir eu de pâte à tartiner au speculoos pour le petit dèj et je pars à la découverte des quartiers alentours.

Je tombe sur des moulins. Je m’engage dans des rues qui me font penser à Manchester, surtout au moment où il se met à pleuvoir et que je constate qu’ici non plus, il n’y a pas de porches pour s’abriter.

P1000714

P1000710

L’averse s’arrête bien vite, c’est un peu comme en Bretagne, le temps change toutes les heures. Du coup, même s’il pleut quand tu te lèves, tu peux espérer avoir une belle journée par la suite.

Je prends des dizaines de maisons en photos, je tombe sur des églises, des vélos, des briques rouges, des cygnes, des canaux, c’est beau, putain c’est beau !

P1000737

P1000735

P1000727

P1000724

Je tombe sur le campus Howels, qui en impose. Clairement quand tu étudies là-dedans, t’as moyen de te prendre pour le roi du monde (ou pour le Harry Potter brugeois).

P1000747

P1000752

P1000750

 

Puis sur une des réalisations de la Triennale de Bruges, consacrée à l’art contemporain et l’architecture. Concrètement, ils ont invités 18 artistes pour réfléchir au futur urbain et implanter ces idées dans la ville.

J’aime bien celle de Nicolas Grenier, nommée Vertically integrated socialism, qui réhabilite un vieil ensemble d’immeubles sur le concept suivant : au rez de chaussée 64 logements sociaux, au premier étage, 16 appartements destinés à la classe moyenne, au second, 4 duplex pour des gens aisés, et l’étage le plus haut est habité par un mec super riche. L’innovation étant que le loyer de chaque niveau est payé par les habitants de l’étage supérieur. Voilà. Ca me plait. C’était la minute culturelle.

IMG_20150906_130408

Ceci est la seule trace de “street art” que j’ai pu trouver à Bruges.

IMG_20150906_203336

Ceci est la sage parole d’un croyant.

P1000754

Ceci est la maison de gens qui se mettent bien.

 

A l’heure du goûter, je m’octroie une pause pour tester un chocolat chaud brugeois. Je me trouve raisonnable de ne pas avoir opté pour une gaufre. Jusqu’au moment où le mec me ramène un bol d’1/2 litre de lait, accompagné par une coupelle en chocolat, rempli de billes de chocolat à faire fondre dans le bol, une praline ainsi qu’une souris en chocolat pralinée. Bien. C’était exquis !

Et pour 4€, sachant que je n’ai rien pu avaler d’autre jusqu’au lendemain, cette pause at The Old Chocolate House est clairement le bon plan bouffe des vacances.
P1000770

J’ai tout de même trouvé une petite place pour une nouvelle bière dans un bar, resté dans son jus comme on dit, qui propose apparemment une des plus grandes cartes du coin : le ‘t Brugs Beertje.

Beertje étant à peu près un des seuls mots flamands que j’ai réussi à apprendre durant le séjour, avec « alsjeblieft » « kleine frit » et « koffie ».

Je retourne quelques instants à l’auberge, le temps d’observer les gens dans le bar et de me dire que les smartphones et les tablettes ont tué toute sociabilité (je m’inclue bien évidemment dans ce constat, ne pouvant me passer de mon doudou numérique).

Advertisements

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s