We have to stick together [Soundcheck #30]

[TRANSMUSICALES PART I]

Dimanche après-midi, je comptais écrire quelques mots sur les Trans directement dans la foulée, et puis finalement j’ai eu la flemme.
Dimanche soir, je comptais écrire quelques mots sur les Trans, presque directement dans la foulée, et puis j’ai allumé la télé.

Je ne sais pas comment nous allons finir cette année 2015 mais j’ai ma petite idée sur le niveau de remplissage du verre.

Bref.

Après deux années d’absence dues à mon éloignement géographique, je retrouve le vieux festival rennais avec grand plaisir.
J’aime l’ambiance qui traine dans l’air, j’aime la peau pique en fumant une clope devant le Liberté, j’aime jouer des coudes à l’Ubu, j’aime l’effervescence, j’aime l’indécision en regardant le programme. (J’aime moins les gens qui vomissent dans la navette au retour du Parc Expo, mais ça fait partir du jeu)

Je m’étais concocté un programme très ambitieux à faire en trois jours, avec des tables rondes pour réfléchir, des concerts pour vibrer et des copains pour rigoler.

Evidemment je n’ai pas fait la moitié et la partie musicale, qui nous intéresse en premier lieu ici, fût assez décevante.

 

Jeudi après-midi je cours au Liberté pour Inüit.

Je suis d’abord peu convaincue, j’ai l’impression que la chanteuse minaude et je n’aime guère.
Finalement j’y trouve des accents bjorkien, elle arrive à moduler sa voix de façon admirable et leur mélange de pop électro rock cuivré est drôlement rafraichissant.
Sans compter leur style vestimentaire, on les croirait plutôt revenu d’une visite à des copains ZADistes que de chez The Kooples, ce qui est finalement rare dans les groupes que je vois.

 

Je file à l’Ubu pour Klaus Johann Grobe, je suis extrêmement bien placée sur les escaliers, ce qui est rare et très appréciable. Le guitariste a un sourire énigmatique, ils ont l’air sympathiques, c’est audacieux de chanter en allemand, sauf que malheureusement le concert ne me plait pas.

L’avantage, qui est aussi l’inconvénient majeur des Trans, c’est qu’il y a une telle richesse de programmation, que si un concert ne catch pas au bout d’un morceau, tu as aussitôt envie d’aller à un autre endroit pour écouter autre chose.
C’est un piège assez vicieux car peu de musiciens arrivent à séduire en 5 minutes.
Là je leur ai tout de même accordé 15 bonnes minutes (grande seigneure) avant de repartir vers l’Etage pour Holy Strays.

Qui pour le coup était drôlement bien, dès le départ. Me voilà donc avec un nouveau beatmaker à suivre dans ma besace, j’en suis réjouie !

 

Après une bière (quand même), c’est l’heure de la navette (trois fouilles avant de pouvoir entrer dedans, on sent que la sécurité a été légèrement renforcée) pour le Parc Expo.
Des jeunes gens s’échangent des recettes de cocktails, apparemment le Cognac Schweppes fait fureur, et vu la conduite du chauffeur, je serais capable d’avoir une défaillance type celles que je décrie au retour…

Le jeudi c’est les Trans que j’aime, il n’y a personne, tu ne fais la queue ni pour le bar, ni pour les toilettes, ni pour bouffer !

J’opte pour un panino car, après avoir demandé ce qu’il y avait dedans et que le cuisto m’ait tenu la jambe 5 minutes pour m’expliquer toutes les épices, condiments et amour qu’il mettait dedans, je me voyais mal lui dire que je ne voulais qu’une barquette de frites.

Cela dit c’était bon.

 

Je ne vois qu’un quart d’heure de Clarence Clarity qui avait l’air tout à fait correct, avant de rejoindre la hall 3 pour Her.

C’est assez classe, je suis persuadée qu’ils sont anglais alors que les mecs sont rennais…
En voyant de plus près le chanteur, je comprends les hurlements qui se sont déchaînés à son entrée : on notera un petit air de Robert Pattinson.
Je serais bien restée un peu plus longtemps car même si c’est pas forcément ma came musicalement, le mec a une belle voix.

Mais c’est l’heure de Superpoze ! Oui parce que je vais dans un festival où je connais 3 noms sur 200, et je me précipite pour aller écouter ceux que j’ai déjà vu…
Cela dit, vous savez très bien que Superpoze c’est immanquable. Surtout pour une créa exclusive avec Dream Koala et Code (un mini orchestre de cordes et vents).

Force est de constaté, c’est beau. Visuellement et instrumentalement.

Seulement le Parc Expo n’est absolument pas l’endroit indiqué pour mettre ce type de collaboration en valeur. Code est sous mixé, on les voit jouer mais on ne les entend pas, ce qui est tout de même concon.
Alors je n’irai pas jusqu’à partager l’opinion d’un de mes voisins qui a tenu à nous prévenir « je crois que j’atteins la jauge de l’ennui », mais j’avoue une petite déception.
D’autant que nous avons été privés par la concentration du sourire habituel de l’ange Gabriel.

Je vous laisse regarder la capta de CultureBox ci-dessous, je suis sûre que vous y prendrez autant de plaisir.

 

Je retourne dans le Hall 3, dont l’acoustique est sans doute la pire de tout le Parc Expo, pour 3somesisters.
Là encore, ce n’est définitivement pas ma came. Tous les morceaux se ressemblent et je trouve ça assez chiant.
En plus, ça strobe à mort et j’en ai marre de devoir changer mes rétines après chaque festival.

Dernier espoir de la soirée avec Georgia, je commence à me dire que ça y’est, j’ai 31 ans, j’ai mal aux pieds, je suis pas du tout dans un bon mood, que ça suffit ces conneries de festival (genre…).

Georgia, londonienne de son état, est une petite bonne femme énergique qui oscille entre hip hop, r’n’b, pop et rock (c’est une putain de batteuse, elle officie en tournée avec Kate Tempest) avec beaucoup d’enthousiasme.
Je n’étais pas au meilleur, alors je demande à revoir pour transformer l’essai ! (Je me demande d’où sort cette métaphore ovalienne moi qui n’ai jamais rien pigé aux règles du rugby…)

Je jette une oreille à Queen Kwong pendant une dizaine de seconde mais ce Hall 3 c’est vraiment pas possible, je veux mon liiiit bordel (enfin ma paillasse de squat pour être plus exacte) !

Advertisements

3 thoughts on “We have to stick together [Soundcheck #30]

  1. P’tain j’ai quelques articles de retard du coup ! Failli aller aux Trans mais je décollais pour Dubaï le dimanche soir du coup ça paraissait ambitieux. Va bien falloir que je fasse ce festival un jour tho -_-

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s