Sadece bakıyorum

[ISTANBUL PART II]

Quelques heures plus tard je me réveille, L. n’est plus là, il est 11h passées et j’ai la gueule de bois.

Grâce à des techniques magiques (genre un téléphone), on finit tout de même par se retrouver 2h plus tard devant la Mosquée Bleue (j’ai connu pire point de rendez-vous).

D’abord je franchis le pont de Galata qui enjambe la Corne d’Or, envahi par des pêcheurs à la ligne. La mosquée de Soliman surplombe la ville, je suis à Istanbul, c’est un peu foufou.

IMG_20151127_120642

P1010293

Malgré tout, je ne me prends absolument pas le choc culturel prévu. Je rêvais d’orientalisme, de souk, d’odeurs, de couleurs. Rien à voir.
Loin de moi l’idée d’être blasée ou critique (c’est vraiment pas le genre de la maison), mais au-delà des mosquées, dans le centre, l’architecture n’est vraiment pas dingue (genre un petit côté soviet des années 60).

Une fois cela précisé, continuons avec enthousiasme vers Sultanahmet !

Je constate en passant que les passages piétons ne sont pas légion et qu’il vaut mieux être prêt à mettre sa vie en jeu si on souhaite traverser une rue. Même chose pour les noms de rue, il y a environ un panneau par pâté de maison, ce qui promet de bons jeux de piste pour se retrouver dans le dédale stambouliote.

J’arrive sur l’esplanade entre Ste Sophie et la Mosquée Bleue à l’heure d’une des prières. Le prêche du muezzin est retransmis dans les enceintes car nous sommes vendredi. Les hommes sont dans la mosquée, les femmes attendent plutôt dehors avec les chats et les chiens (le nombre de bestioles en vagabondage dans les rues est hallucinant ! ) (j’en connais une qui crierait « MINOUUU ! » toutes les 10 secondes).

P1010164

Il fait plutôt beau et chaud, je suis en t-shirt, j’attends sur un banc en observant, en écoutant, en m’imprégnant de l’ambiance.
Ouais ok je suis encore complètement dans les vapes.

Je goûte un simit au nutella pour faire comme les locaux et parce que c’est mignon ces petites carrioles. Le mec m’en file un tout sec au sésame, c’est dégueu. (J’en ai repris un brioché au pavot avant de repartir, qui était nettement meilleur)

IMG_20151127_125141

L arrive (vous noterez que c’est amusant de l’appeler comme ça car c’est son initiale et ça fait « elle » en même temps) (je vous jure j’ai décuvé depuis), L a déjà fait le tour de la ville en 2h (la meuf c’est Bip Bip en fait).
On se dit qu’on va manger avant d’entrer dans la Mosquée Bleue et on part se faire arnaquer dans des restos alentour.

Aussitôt dit aussitôt fait, on retourne à la Mosquée mais c’est de nouveau l’heure de la prière. Va falloir qu’on calcule un peu mieux nos plannings en fonction de ces 7 prières par jour.

A la place on va visiter le Palais de Toptaki qui est de type immense.
Réaménagé en musée avec plein d’armes, de bijoux, de calligraphie, d’horloge etc. rivalisant de brillance, de grandeur et de beauté. C’est très chouette.
Du coup on s’interroge sur ce que les musées représenteront de notre époque dans 400 ans. Des drones ? Des smartphones ? Des kalash ? Ça aura certainement moins de gueule que des pistolets sertis de pierres précieuses…

Le café du Palais a une terrasse qui donne sur le Bosphore, c’est quasiment l’heure du soleil couchant, on n’est pas trop mal et j’en profite pour redire une bonne dizaine de fois « Non mais on est à Istanbul, c’est dingue… » (la vieillesse entraîne le radotage vous savez).

P1010180

IMG_20151127_155404

Ensuite on entre dans le pavillon iranien et en sortant on pose une option d’achat. On va voir avec Stéphane Plaza à combien on peut s’en tirer niveau tarif net vendeur, mais dans tous les cas, JE VEUX cet endroit couvert de mosaïques encadrant d’immense méridiennes autour d’une immense cheminée avec une terrasse qui donne sur la Corne d’or.

En termes d’architecture c’est ça que j’attendais en fait, c’est con que l’Iran ne soit plus trop une destination à la mode…

P1010185

Deux nanas en burqa font des selfies, j’avoue que globalement, j’ai du mal avec le concept, mais là, ça m’interroge encore plus.

 

Nous remontons vers la Mosquée Bleue, en s’arrêtant deux minutes pour se faire arnaquer en achetant des baklavas (10€ les deux) (lol). On se console en achetant des paquets de clopes à 1,8€ #dansedelajoie.
Vous allez rire, entre temps la Mosquée Bleue a fermé.

Du coup on opte pour le Grand Bazar. Je suis agréablement surprise car il n’y a pas trop de monde. Par contre, je m’attendais à un truc plus bordélique en mode souk.
La superficie de l’ensemble est hallucinante. Quand je vois dans le guide « Conseil : perdez-vous dans le Grand Bazar ! », je me gausse, c’est pas comme si on pouvait faire autrement de toute façon…

Il y a, au bas mot, des milliers de vendeurs dont les produits alternent entre : épices, pashminas, boites nacrées, vaisselle, savons, fleurs en plastique, jeux en bois, bijoux.

IMG_20151127_182440

IMG_20151128_145050

IMG_20151128_145105

Nous sortons de là en dissertant sur le manque de dépaysement.
Notre théorie : quand tu as habité à Marseille, il y a pas mal de similitudes : le Grand Bazar c’est Noailles, la Mosquée de Soliman c’est la Bonne Mère locale, la Mer de Marmara c’est la Méditerranée etc.
En gros hein, évidemment qu’il y a énormément de différences mais je reste persuadée qu’un breton casanier trouvera ça plus exotique qu’un bucco-rhodanien.

 

Retour à Beyoğlu pour prendre l’apéro. On descend des pintes de Tüborg et des mezze très bons chez Otto avant de s’écrouler dans nos lits.

Advertisements

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s