[…] Et pourtant, il n’y a de vrai que les alcooliques et la disparition progressive de toutes leurs inhibitions.
La république devrait se jeter dans les bras des ivrognes, qui feraient voter les lois dans les dancings.
Alors peut-être, la politique, prise à son propre piège, cesserait d’être cette putain fardée que chacun souille égoïstement au nom du bien commun.

Bertrand Galic et Kris.

Advertisements

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s