Αυτοκίνητο | AFTOKINITO

[KÉRKYRA, PART IV]

J’ai encore une journée dans le coin, et l’idée n’étant pas de passer les vacances à faire de l’urbex balnéaire, je décide de prendre un car pour Kavos.
Je suis de nouveau réveillée aux aurores, ce qui m’offre la possibilité de grimper dans celui qui passe à 9h30. Qui n’est jamais parvenu jusqu’à moi.
On ajoutera donc au jeu des devinettes pour les arrêts, celui des horaires.

Je profite de l’heure d’attente au bord de la route (et de la mer, mais le bruit des vaguelettes couvre mal celui des voitures) pour repenser à mon projet d’apprendre la méditation de pleine conscience, qui me permettrait, dans de telles situations loin d’être dramatiques, de ne pas devenir un Prunelle en puissance.

Le trajet vers Kavos me calme un peu (je vous ai déjà dit que j’adorais le car ?), le paysage dans les terres et le nombre de maisons / immeubles abandonnées en cours de construction (ou abandonnées tout court) me rappelle des vacances en Crète il y a 20 ans.

Là-dessus, je réalise que je suis devenue le genre de personne qui peut dire « Oui, lors de mon séjour en Crète il y a 20 ans… », ce qui me refout le moral au niveau des chaussettes (il ne fait même pas assez chaud pour être pied nus…).

 

J’avais hésité à m’arrêter à Messonghi, un bled plus proche, mais quand je vois à quoi ça ressemble (rien), je suis bien contente d’avoir acheté un ticket pour Kavos, le « dernier  village de l’île ».

45 minutes plus tard, nous arrivons au terminus. Je songe 2 secondes à m’enchainer au bus pour qu’on ne me force pas à descendre. Je suis une adulte raisonnable, je finis par sortir, et regarder aussi sec le prochain horaire de départ qui me sortira de ce lieu de perdition.

 

Imaginez, 30km² de bars, magasins de souvenirs, restaurants, boite de strip tease et night clubs, tous fermés car ce n’est pas encore la saison touristique.
Je me demande à nouveau quelle est la définition du mot « village » pour le Petit Futé.

Ce qui s’étale sous mes yeux est une ville fantôme, créée de toutes pièces pour devenir le réceptacle de toutes les défaites, les déviances, les excuses, les débauches, et qui en été, doit dégouliner de vices, d’alcool, de bruit.

Renseignement pris, il s’agit effectivement du lieu préféré des jeunes allemands / croates / russes / anglais pour leur summer break.
Ce qui se passe à Kavos, reste à Kavos.

La plage n’est pas terrible, mis à part que c’est du sable. Je marche 20 bonnes minutes en direction d’une pointe, espérant tomber sur l’authenticité perdue de l’île, je tombe sur des plages privées.

Je me pose quand même à côté d’une bande de potes canins, tente une baignade avant de me rendre compte que je partage ce petit coin de paradis avec des méduses.

Je suis donc repartie 2h plus tard, tout comme ce couple de septuagénaires anglais, avec qui nous avons partagé notre horrification #vieillerie.

Et quand TripAdvisor te propose les 10 meilleures choses à faire à Kavos, ne perds pas ton temps, la seule bonne réponse est « fuir ».

Au retour, après avoir failli faire un infarctus en entendant un remix disco de Padam de Piaf, (je ne parviens pas à le trouver sur Youtube, c’est VRAIMENT dommage),  je me suis arrêtée à Lefkimi, qui m’avait semblé un peu moins défiguré.

J’ai mangé des mezzes à la viande et du yaourt au miel pour me remettre de mes émotions, puis j’ai suivi la direction du village en hauteur, pour choper le prochain car au passage.

Rappelons-nous qu’il n’y a pas d’arrêt et qu’à 15h30 c’est l’heure de la sieste. J’ai fini par croiser une petite dame à qui demander mon chemin, en me disant naïvement que « bus » et « stop » ça devait être compréhensible dans toutes les langues.
Il faut croire que non mais on a bien rigolé !

Bref, à 17h j’étais de retour à Benitses où les travaux de rénovation balnéaire avaient grave avancés depuis la veille.
Deux nouveaux cafés étaient ouverts, d’autres étaient en plein ravalement de façades, des galets blancs avaient été déposés pour refournir la plage, le tracteur était en plein travail de lissage de l’ensemble, je pense que trois semaine plus tard, ça n’a plus rien à voir avec ce que j’ai expérimenté.

T’as quand même l’impression qu’un jour un mec s’est dit (oui, c’est forcément un mec) :
– « Dis donc, elle est hyper jolie cette côte, et si on défonçait tout ça !? »
– « MAIS OUAIS, trop bonne idée Bernard !! »

 

J’ai diné d’un paquet de Digestives dark chocolate, il fallait bien ça.

Advertisements

6 thoughts on “Αυτοκίνητο | AFTOKINITO

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.