Επισκόπηση | EPISKOPISI

[KÉRKYRA, PART V]

Vous l’aurez compris, jeudi matin, au moment de quitter Benitses, je n’ai pas écrasé de larmes (si ce n’est de soulagement), ni fait d’heures supp.
À 9h30 j’ai sauté dans le bus pour Corfou Ville, puis pour Pélekas, mon nouveau point de chute sur la côte ouest #westcoast #toimêmetusais.

En surfant sur Booking.com et autres sites comparatifs du même acabit, tout en jetant un coup d’œil aux recommandations photographiées dans les guides, j’avais un peu bloqué sur le Levant Hotel mais j’étais trop juste niveau budget pour y passer la semaine.
Stratégiquement, j’y ai donc réservé mes trois dernières nuits, afin de garder le meilleur pour la fin.

MALIN !

 

Pélekas est un village situé sur une colline à 250m du niveau de la mer (quasi le point culminant de l’île). Le bus te dépose dans un virage à 200m et après tu grimpes des lacets avec une vue à couper le souffle sur la mer Ionienne.

Le village me fait une bonne première impression, il y a l’air d’avoir une vraie vie locale, pas juste des attrapes touristes.

Et arrivée à destination…. PFIOUUUUUUU…..

Là je me suis dit que j’avais enfin trouvé ce que je cherchais pour cette semaine de feignasse repos !

Comme Pélekas est au niveau où l’île est la plus étroite, tu as une vue sur la mer des deux côtés.
Ce n’est pas pour rien qu’on y trouve le Trône du Kaiser, un point de vue où l’empereur Guillaume II venait admirer le coucher de soleil.
Pour y avoir assisté trois soirs de suite, j’avoue, ça claque.

 

Je suis donc ravie, et quand je vois un lit à baldaquin dans la chambre, c’est the cherry on the cake comme on dit (en vrai ça n’a aucun intérêt mais ça donne tout de suite un petit côté luxueux qui est bien loin d’être mon quotidien) (salut j’ai 33 ans je vis dans un studio de 28m²) (salut cette chambre fait la taille de mon studio) (avec une baignoire en sus).

 

Je me chauffe direct pour descendre à la plage (je vous rappelle que je suis à 250m de hauteur), Google Maps m’indique 45 minutes de marche. Je dois dire que je n’étais pas mécontente de le faire en mai plutôt qu’en août.

Le chemin / route est plutôt champêtre, avec vue sur mer. Je croise un mec qui était dans le bus Benitses – Corfou, puis dans le bus Corfou – Pélekas, puis qui descendait la route de l’hôtel, cette fois il la remonte.

 

#viedechien

Je ne vous cache pas qu’au bout de 40 minutes, je commençais à en avoir un peu ras la casquette (que je n’avais pas) et quand une voiture pourrie à bord de laquelle deux albanais (?) m’ont expliqué à force de gestes qu’ils pouvaient me conduire jusqu’à la plage en contrebas, j’ai accepté.

Quand il s’agit d’être méfiante, je fais rarement les bons choix.

Heureusement il s’est avéré que la plage n’était plus qu’à 30m car ils avaient déjà réussi à me demander en mariage……… J’ai souri poliment en sautant de la voiture. En marche. #winkwink

 

La plage n’est guère peuplée, l’eau turquoise, le sable fin. L’eau est surtout froide (19°C environ) (si, c’est froid), mais je me dis qu’il faut se forcer un peu dans la vie. De quoi j’aurais l’air si je reviens en France sans m’être baignée !?

Après 10 minutes de trempette, je sors pour m’étaler sur ma serviette Lucky Luke (une très bonne affaire pour un plein de gazole + 3€) et cramer allègrement #cancerdelapeau #fautbienmourirdequelquechose.

C’était sans compter la météo îlienne qui change en moins de temps qu’il ne faut pour prendre la conf. Bref, gros nuages, rafales de vent dans taggle.
Tout le monde se barre, je fais de même, je commence ma rando de retour, les nuages s’effacent, le vent tombe, je crève de chaud. lol

Je recroise le même mec qu’à l’aller, qui lui redescend. Cette fois-ci on rigole, j’apprends qu’il est polonais et qu’il vaut mieux visiter Cracovie que Varsovie (note pour plus tard).

 

Je suis en surkiffe de l’hôtel, le jardin, la piscine, les transats, la vue, mon petit balconnet (pléonasme), le calme, les spagettis bolognaises du diner, le port USB sur la télé (malgré un léger coup de stress pour la faire fonctionner au départ, qui m’a valu un début de franche camaraderie avec le réceptionniste quand nous sommes parvenus à la faire marcher) (les rencontres, c’est le sel de la vie).

Advertisements

2 thoughts on “Επισκόπηση | EPISKOPISI

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.