ARMUNUD

[TALLINN, PART III]

Je pose un pied en Estonie (puis le deuxième) en guettant l’averse.
Je suis rapidement stoppée en chemin par des trombes d’eau et un arc-en-ciel.

30 minutes plus tard (le temps d’apprendre le plan de ville par cœur), je parcoure la rue Pik pour la première fois et tombe en amour aussi sec avec Tallinn. Un sentiment inexplicable de bien-être comme cela arrive parfois dans un lieu inconnu (et l’envie immédiate de commander une pinte en terrasse, ce qui trompe rarement) (rappelons que je n’ai pas bu une goutte à Corfou).

Chaque maison, chaque immeuble mériterait d’être photographié. Un projet que j’abandonne assez vite, sous peine de devoir rester trois mois à la place des deux jours prévus.

Les couleurs et l’architecture sont remarquables. Il y a un air de Transylvanie et de Bruges.

(Mon amour des portes et des fenêtres fût comblé)

Le niveau de vie étant plus abordable de ce côté de la mer Baltique, je me suis offert un hôtel. Après l’agréable surprise de la chambre (cafetière Nespresso, chocolats de bienvenue, chauffage au sol, baignoire massante etc.) et l’hallu de la prestation petit-déjeuner du lendemain (pancakes frais + saumon + smoothies etc.), je vérifie la facture réglée un mois plus tôt.
Je pense que je devais en avoir vraiment marre de scroller sur Booking.com et que j’ai fini par un choisir un sans regarder le tarif. (100€/nuit, rien de fou pour beaucoup j’imagine, mais rappelons que je suis bigoudène).

Au-delà de cette débauche de luxe, l’avantage majeur d’avoir SA chambre c’est de ne pas avoir besoin de se désapper dans le noir quand tu vas te coucher (et de pouvoir allumer la lumière en pleine nuit pour lire quand tu te tapes une insomnie).

Le Kreutzwald hotel est néanmoins un peu excentré et, si je ne suis pas froussarde, je pense que le boulevard qu’il faut suivre pour rentrer pourrait en dissuader plus d’un.e.

 

Je retourne au plus vite dans le centre-ville afin de goûter les spécialités locales. Nous sommes samedi soir, les touristes sont de sortis, l’ambiance est chaleureuse.
J’entre d’abord dans le Beer Temple (500m² environ) et sort au bout de cinq minutes après que les serveur.euse.s en costumes folkloriques se soient soudainement lancés dans une petite danse. C’est trop pour moi.

Je retourne rue Pik tester le Hell Hunt qui m’avait fait de l’œil dès mon arrivée. C’est plus local, ils passent les Black Keys, ils font des onions rings, je me sens mieux à mon aise !

Advertisements

2 thoughts on “ARMUNUD

Exprime-toi !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.